Rollo Greb Editions

Il était une foi.

/

A ECOUTER EN MÊME TEMPS ICI – ESSENTIEL POUR EN COMPRENDRE LE SENS – :

https://soundcloud.com/user-291127437/il-etait-une-foi-texte-en-lien-dans-la-description

/

Il était une foi.

Brusseleir, enfin belge, oui on dira belge c’est pareil.

Il était donc, une foi belge.

Qui, comme son nom l’indique, avait pour habitude de rajouter « une fois » à la fin de ses phrases.

Cette foi belge savait donc se raconter, en ajoutant souvent « une fois » à la fin de ses phrases.

Quelque soit la phrase d’ailleurs, aussi la phase par laquelle elle passait, elle prononçait systématiquement, du moins la majeure partie du temps, ses phrases en plaçant « une fois » à la fin.

Simplement parce qu’elle avait foi en ce qu’elle disait, car cette foi lui était indélébile.

Et cela de toutes les manières possibles.

Que ce soit en parlant, en écrivant, en chantant, elle ne s’exprimait jamais ou que très peu souvent sans ajouter « une fois » à la fin.

Oui, il arrivait aussi qu’elle omette ou décide intentionnellement de ne pas le rajouter; mais ça ne remettait pas en cause sa foi puisqu’elle était foi de base.

Et de temps à autre il y avait des paradoxes, des empêchements aussi, des « va-t-en-guerre » débiles qui l’abordaient.

Mais à chaque fois c’était la même peinture, c’était la même chose, étant complètement foi, elle révélait celle qu’ils portaient en eux.

À vrai dire, elle n’était pas vraiment différente de la leur,

elle était simplement belge, c’était là sa seule différence.

Et ça ne la gênait pas de se voir, de se comprendre belge, car de toute façon elle était foi avant tout.

Quand elle mangeait, du foie de porc par exemple, elle disait :

« C’est bon une fois! »

Quand elle allait au chiotte :

pareil.

Et quand elle s’énervait, il faut dire qu’elle ne faisait pas semblant.

Car sa foi la guidait, qu’on le croit ou non.

Qu’on croit en mon histoire ou que l’on n’y croit pas, ma foi, c’est à peu près la même chose.

Comme elle le dit si bien :

« Il y a des fois où l’on se ment,

mais il n’y en a qu’une où l’on se sent. »

Parole de foi.

Jean Fle.

Photo : © Ianm35 (istockphot.com)        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *